· 

La gazette de Noël, le signal

Un peu spéciale cette gazette car elle vous est destinée, que vous soyez abonné à la Gazette, à la Lettre de Liberté Financière, ou à la Lettre de Mirabelle. Vous la trouverez donc sur tous mes sites car le message est important à mon cœur.

 

Par cette Gazette de Noël, je souhaite tout d’abord vous remercier, tous, d’être là, de lire, parfois de réagir, de commenter, et aussi pour beaucoup d’entre vous, de m’avoir tant aidée durant les dernières années.

 

Si vous vous rappelez, l’an passé même époque, il ne me restait que 34 € en poche… Et je ne voyais aucune issue au tunnel dans lequel j’étais…

 

A présent je suis en France, j’ai des sous, je m’autorise même à « être riche », c'est-à-dire avoir quelques milliers d’euros d’avance et de me créer des revenus. Je m’y « autorise » car j’en ai besoin, et pourtant ça n’est pas toujours facile, car une ombre de « culpabilité » bien souvent refait surface… Cette même culpabilité que j’ai traînée durant ma vie de pilote car j’étais « riche » mais je ne faisais rien (je ne savais pas faire) pour aider ceux qui avaient besoin.

 

Alors cette culpabilité d’aujourd’hui, même si elle n’est qu’en sourdine et pas franchement justifiée car depuis des années à présent, j’aide, je partage, je donne, je « fais ma part » comme diraient les Colibris, elle me signale tout de même de faire attention.

 

Et c’est ce signal que je veux partager avec vous ce soir, et spécialement en cette période festive de Noël. Qui est devenue pour beaucoup d’entre nous une période de « (sur) consommation », que ce soit par des cadeaux, ou par la nourriture…

 

Les évènements qui ont lieu en ce moment même en France et hors des frontières (pas besoin de les nommer) nous ramènent toujours aux mêmes préoccupations et à mon sens, à notre devoir de citoyen planétaire responsable.

 

Savez-vous par exemple que :

 

- Un occidental consomme en moyenne, en énergies, (eau, électricité, nourriture, pétrole etc.) en UN JOUR, ce qu’un Indien rural consomme en UN AN. (probablement pareil pour un Africain)

 

- Presque tous les produits de consommation diffusé par les grandes surfaces, qu’ils soient jouets en plastique, bouffe industrielle, vêtements fabriqués très loin etc. non seulement ruinent notre santé, mais aussi l’économie locale, et la planète par les transports nécessités. De plus, ils enrichissent toujours les mêmes groupes énormes qui ne nous veulent pas vraiment du bien….

 

- Les batteries spéciales de nos précieux smart phones nécessitent un approvisionnement constant en Cobalt, matériaux qui devient aussi couru que l’Or (pas des blagues), et qui est extrait dans des mines d’Afrique où des enfants travaillent comme des esclaves pour quasi rien…..

….

 

Des exemples comme ceci il y a en a des tonnes de nos jours. Je ne veux pas vous miner le moral, surtout pas à l’approche d’une fin d’année que je vous souhaite belle, mais je pense sincèrement qu’il devient VITAL pour notre santé physique et morale, ainsi que pour celle de nos enfants, de LIMITER les DÉGÂTS que notre civilisation répand sur toute la planète… C’est pas nouveau, direz vous, non, et pourtant la sur consommation continue de partout et les déséquilibres se creusent.

 

 

« Le contraire de pauvreté, ça n’est pas richesse » disait l’Abbé Pierre, « c’est le PARTAGE ».

 

 

Ainsi sans pour cela revenir à l’âge de pierre (ou bien oui, celui de l’Abbé ! hé hé ), il nous suffirait de Partager pour que les Vases communicants enfin communiquent.

 

Et Comment ?

 

Déjà en consommant INTELLIGEMMENT, en identifiant nos réels BESOINS, en faisant attention à garder, recycler, reconditionner, d’acheter local et sain, bio lorsque c’est possible. En fabriquant des cadeaux avec nos mains, en achetant d’occasion…

 

Ce qui limiterait déjà les gains hallucinants que se font les énormes lobbys sur le dos des peuples… et aussi nous permettrait de DONNER, de PARTAGER nos richesses avec ceux qui ont besoin. Il y a des centaines, des milliers même, d’organisations d’entraide :

 

Les restos du Cœur, Emmaüs, NotreDame des Sans Abris pour citer quelques unes en France, et tant d’autres à l’étranger… Atmaseva en est une en Inde…

 

Leur donner un peu de notre argent ou de notre temps, ou de nos compétences, non seulement fera du bien à ceux qu’elles protègent, mais fera du bien à notre CŒUR aussi.

 

Gardons en tête:

"Le contraire de la pauvreté n'est pas la richesse, mais le PARTAGE"

 

Noël c’est avant tout une fête de partage. Essayons de ne pas l’oublier ! Ainsi il n’y aura pas de culpabilité ! Et cela pourrait peut-être guérir le malaise profond dans lequel notre monde est enlisé ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0